Nouvelles

30 juin 2016
Les Jardins de MĂ©tis 2016 en images

Dans son édition 2016 de la revue PAYSAGES, Jérôme Laferrière, éditeur et auteur principal du site web Architecture du Québec, nous expose et décrit ce magnifique lieu d’expérimentation unique au Québec que sont les Jardins de Métis.

Poussant plus loin la découverte, l’AAPQ tenait à partager avec ses membres et le public des photos prises par madame Élaine Éthier, membre du conseil d’administration de l’Association des architectes paysagistes du Québec. Madame Éthier s’est rendue sur place et nous invite à découvrir la 17e édition du Festival international de jardins des Jardins de Métis qui se tient du 23 juin au 25 septembre prochain.  

Pour voir tous les projets présenté aux Jardins de Métis, découvrez les photos officielles du Festival international de jardins

C’est un rendez-vous cet été!

Projet: Se mouiller « La Belle échappée »

Jean-Francois Laroche, Stagiaire en architecture de paysage

Groupe A / Annexe U Jean-François Laroche, Rémi Morency, Erick Rivard & Maxime Rousseau

Projet: Paradis E Mésopotamie 2010 en 2016

Prolongement de plateforme d’observation du fleuve

Studio Bryan Hanes-apa-arc de Philadelphie

Projet: La maison de Jacques (1900 plants de petits pois « starlette »

Romy Brosseau, Rosemarie Faille-Faubert, Émilie Gagné-Loranger

Projet carbone

Chaine de l’arbre à la production d’objets utiles et retour à la source

Agence Coache Lacaille, APA Nantes, France

Maxime Coache, stagiaire Virgile Piercy

Projet: Cyclops

Concepteurs: Craig Chapple d'Arizona

Projet: Line Garden métamorphose annuelle 2016

Coryn Kemaster et Julia Jamrozik, arc

Étude Back Office

 

22 juin 2016
En 2016, la FAPC octroie 20 000 $ en bourses

La Fondation d’architecture de paysage du Canada (FAPC) est heureuse de dévoiler le nom des lauréats de son programme de bourses 2016 destiné à soutenir financièrement la recherche, les communications et les études universitaires.


« De l’appui donné à « un éveil » pour un design axé sur la résilience en cas de séisme, à la documentation de l’histoire de notre profession et des champions de la défense de l’environnement, la FAPC est fière d’avoir retenu ces projets candidats qui reflètent le rôle croissant joué par les paysages et les architectes paysagistes sur les plans social, culturel, écologique et économique dans notre société », a déclaré le président de la FAPC, Vincent Asselin, AAAPC. Les lauréats sont tenus de communiquer les résultats de leurs travaux par le biais de ressources en ligne, de publications et de présentations publiques, ce qui multiplie les retombées associées à chacune de ces bourses. On peut consulter de la documentation en ligne sur chaque bourse et projet sur le site de la FAPC à l’adresse http://lacf.ca/grants-portfolio.

Chaque année, les candidatures sont évaluées et les bourses octroyées par un jury national composé de six professionnels des secteurs privé et public, titulaires de diplômes et attestations, et représentant les provinces de l’Atlantique, le Québec, l’Ontario, les Prairies et la Colombie-Britannique, ainsi que le Nord canadien. Le C.A. de la Fondation d’architecture de paysage du Canada remercie toutes les personnes et associations constituantes qui, par leurs dons annuels, soutiennent la pérennité de ce programme de bourses.

Cette année, sur 6 projets lauréats pour des bourses, 4 sont octroyées au Québec.
Félicitations aux récipiendaires! 

  • Documentaires sur quelques architectes paysagistes pionniers du Québec
    • Isabelle Giasson, AAPQ et Fanie St-Michel, directrice artistique
      • Lauréates de la Bourse Gunter Schoch
      • Bourse de 6 500 $
  • Initiative du Portfolio des paysages canadiens
    • Jean Landry, AAPQ, associé de l’AAPC, MBA
      • Architecte paysagiste | Photographe
      • Bourse de 2 500 $
  • Symposium sur la conservation des paysages
    • Nicole Valois, Nicholas Roquet et Christina Cameron
      • Faculté de l’aménagement, Université de Montréal
      • Bourse de 4 500 $
  • Experimenting Landscape: Testing the Limits of the Garden Festival international des jardins 
    • Alexander Waugh Redford et Emily Waugh
      • Bourse de 2 500 $

Consultez le communiqué de presse pour le détails des projets

17 juin 2016
Le CA souhaite la bienvenue aux nouveaux membres agréés et stagiaires de l'AAPQ!
Nouveau membres agréés: 
  • Valéry Simard
  • Mathieu Brochu
  • Héloïse Neveu
  • Éric Aguib
  • Luc Deniger
  • Habou Issia
  • Neno Kovacevic
  • Marie Dumais
  • Arnaud Villard
  • Golara Seif
  • Pauline Gayaud

 

Nouveau membres stagiaires: 
  • Pierre-Luc Tranclé-Armand
  • Mathieu Pelletier
  • Eliane Arbique
  • Guillermo Aguerrevere
  • Anne Aubin
  • Alexis Gambey
  • Alaïs Escoz
9 juin 2016
L’AAPQ lance la 11e édition de sa revue PAYSAGES

C’est avec une grande fierté que l’Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ) a lancé sa 11e édition de la revue PAYSAGES 2016. Sous le thème « Réimaginer les frontières du paysage », cette publication annuelle dresse le bilan des activités 2015 de l’AAPQ et permet d’offrir une tribune exceptionnelle à nos collaborateurs qui pensent et agissent dans le secteur de l’architecture de paysage.

 

L’édition 2016 propose de prendre le pouls des enjeux et défis d’aménagement auxquels font face les territoires hors des grands centres urbains et de rendre compte des initiatives et du travail réalisé. Dans la suite de son congrès annuel « Les Rurbains », l’objectif de cette nouvelle édition vise à révéler le rôle primordial que l’architecte paysagiste peut jouer au-delà de l’abstraite frontière où se situe la fin de l’urbanité et le début de territoires encore à découvrir.

 

En plus de faire un retour sur les événements marquants le 50e anniversaire de fondation de l’association, la revue PAYSAGES 2016 regroupe huit articles et un carnet de voyage rédigés par des auteurs qui oeuvrent au cœur de l’architecture de paysage.

 

Vous pouvez consulter dès maintenant la version numérique au 
https://aapq.org/paysages-la-revue-annuelle-de-laapq.

Communiqué de presse

19 mai 2016
Colloque sur l'innovation | Une place pour tous : Cohabiter l'espace urbain

L'AAPQ est partenaire du 5e colloque sur l'innovation se déroulera le mercredi 25 mai et le jeudi 26 mai 2016 dans le grand hall du Centre Vidéotron situé au 250, boulevard Wilfrid-Hamel

Cette année, le colloque se déroule sous le thème 
Une place pour tous : Cohabiter l'espace urbain.

Si vous n’avez pas rempli le formulaire d’inscription, nous vous invitons à le faire d’ici le 13 mai afin de bénéficier du tarif préinscription en cliquant sur le lien suivant : https://www.ville.quebec.qc.ca/colloque/inscription/index.aspx

 

Pour consulter le programme préliminaire, nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Renseignements supplémentaires

Pour plus de renseignements concernant le Colloque sur l'innovation, veuillez communiquer avec madame Claudine Caron au 418 641-6411, poste 2127 ou à : colloque.innovation@ville.quebec.qc.ca.

 

Ville de Québec
Service de l’aménagement et du développement urbain

Division de l’architecture et du patrimoine
295, boulevard Charest Est 
Québec (Québec)  G1K 3G8

17 mai 2016
Trans-Paysages. Une exposition de Danièle Routaboule

Artiste. Art visuel. Maison de la culture Marie Uguay de Montréal. Du  10 juin au 20 aout 2016

A Griffintown premier haut lieu industriel du Canada, l’enfouissement brutal du passé transforme le paysage en un palimpseste. Cette métamorphose soulève de nombreuses questions quant à la part qu'elle fait ou non à l'évocation du passé, à ce qu'elle efface ou non aux regards, ainsi qu’à la compréhension qu'elle offre, ou non, aux générations actuelles et futures d’une part de leurs racines et du vécu antérieur sur les lieux.

Autre question non moins pertinente : quel  milieu de vie urbaine offre-t-elle aux nouveaux résidents?

L’artiste a documenté cette mouvance paysagère depuis 6 ans et nous la présente à partir de  4 thématiques :

Tabula-Rasa illustre en introduction le bouleversement tant physique que social. Enfouissement du passé, contestations populaires et questionnements médiatiques.

Condo-Mania présente le nouveau quartier en chantier. Principalement uni fonctionnel et vidé des composantes qui font la ville : services publics, éducatifs, sociaux, récréatifs, lieux de rencontres et  communautaires pour l’ensemble du secteur.

Traces nous parle d’histoire, de patrimoine et de mémoire du lieu et de ce que l’on se prépare à dévoiler ou occulter de nos racines pour les générations futures.

Smith en friche observe les marques du monde des itinérants et squatters qui ont investi les lieux.

Une projection de photos sur  la métamorphose paysagère du quartier complète cette  exposition.

Sources des photographies d’archives utilisées dans les montages photographiques :

Collection Notman. Musée Mc Cord ; - Collection SHDU- Montréal ;- Archives Nationales du Canada.

 

16 mai 2016
Conception et réalisation du sentier de la Côte Gilmour, Québec

Québec, le 10 mai 2016 : Le sentier multifonctionnel d’interprétation de 1,19 km, en milieu naturel hors de l’emprise routière de la Côte Gilmour, appelé aujourd’hui « Le sentier des plaines d’Abraham » a été conçu par l’équipe d’OPTION aménagement et ses collaborateurs CIMA+ (ingénierie) et Communication Médialog (muséologie) dont le mandat origine du gestionnaire Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

Le 5 mai dernier, l'honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, madame Margaret F. Delisle, présidente de la Commission des champs de bataille nationaux et monsieur Régis Labeaume, maire de Québec, ont procédé à l'ouverture officielle de ce sentier.

Un sentier sécuritaire qui relie la haute-ville, le parc au boulevard Champlain : Au préalable, la Côte Gilmour est réaménagée pour répondre aux besoins des automobilistes qui doivent circuler entre la basse-ville, la promenade Samuel-De Champlain et la haute-ville, le parc des Champs-de-Bataille. L’absence d’aménagements pour faciliter le transport actif rend difficile le passage des piétons et des cyclistes. Avec l’aménagement de ce nouveau sentier en milieu boisé, les usagers peuvent circuler librement été comme hiver.

Des thématiques rappelant l’histoire du site pour se souvenir : La valeur historique importante accordée au site se traduit dans l’articulation de l’ensemble du sentier d’interprétation. À ce titre, sont considérés l’inventaire et l’évaluation du potentiel et des ressources archéologiques (automne 2013). L’interaction des usagers avec l’histoire a été privilégiée. L’histoire est intégrée à même le mobilier, sur le sentier, à six différentes haltes de repos, dans le respect des thématiques explorées par le client, la Commission des champs de bataille nationaux.

Ces haltes relatent les derniers instants de l'assaut des Britanniques sur Québec. Le parcours fait revivre en temps réel les doutes, les surprises et les craintes à travers les acteurs de la nuit du 12 au 13 septembre 1759.

Complexité, particularités et contraintes : On dénote, des enjeux relatifs à l’accessibilité et la sécurité, à la protection du milieu naturel, à la mise en valeur du potentiel historique et à l’harmonie architecturale. La pente forte, de roc friable et instable, recouverte d’arbres à préserver était nul doute LE DÉFI le plus contraignant. On doit mentionner aussi le défi technologique associé à la réalisation des murs de gabions, une première au Québec, pour des murs de gabion aussi hauts et ayant une si grande superficie.

Un site naturel à protéger et un paysage à révéler : La présence d’arbres matures dans la falaise et sur l’ensemble du parcours su sentier de la Côte Gilmour est une richesse considérable du secteur. L’effet d’envoutement est bien présent et le couvert forestier fait le lien avec les aménagements du parc des Champs-de-Bataille. La réalisation de ce sentier en boisé se devait de préserver ce secteur sensible et fragile. Les liens visuels avec le fleuve et entre le haut et le bas du cap Diamant font partie l’histoire à raconter. 

Voir les articles Radio-Canada et QuebecUrbain.

Communiqué de presse

S'abonner Ă