Stabilisation et mise en valeur des vestiges archéologiques des fortifications de Montréal

 

STABILISATION ET MISE EN VALEUR  DES VESTIGES ARCHÉOLOGIQUES DES FORTIFICATIONS DE MONTRÉAL

PROJET DE DESIGN - RÉALISATION :
MILIEU URBAIN

 
Vue au crépuscule (source: Alexandre Tari)

Citation nationale, catégorie design
Prix d’excellence de l’Association des architectes paysagistes du Canada (AAPC) - 2012

 

Client  Ville de Montréal / Gouvernement du Québec
Localisation  Champ-de-Mars, Vieux-Montréal
Conception et surveillance de chantier Urban Soland / Lafontaine et Soucy / Genivar
Architectes paysagistes  Urban Soland: Peter Soland, architecte paysagiste coordonnateur principal, Claudia Delisle, architecte paysagiste chargée de design et surveillance de chantier et Gregory Épaux, architecte paysagiste surveillance de chantier
Architectes Lafontaine & Soucy Architectes: Luce Lafontaine et Isabelle Soucy
Ingénieurs 
Genivar: Alain Blouin, Mélanie Tremblay et Abdehalim Sib, ingénieurs
Collaborateurs Tak Design: Alain Martel, designer industriel
Photonic Dreams: Axel Morgenthaler, designer d'éclairage
Ville de Montréal: Marie-France Charlebois, architecte paysagiste chargée de projet, Robert Desjardins, architecte paysagiste et architecte du projet original en 1992, Jean-Pierre Gallant, technicien principal, Marie-Geneviève Lavergne, archéologue et Pierre Lacroix, ingénieur
MCCCF: Anne-Marie Balac, archéologue
Yanik Blouin, superviseur archéologique
Entrepreneur général  Maçonnerie Rainville et Frères inc.
Année de réalisation  2009-2011


 

résumé

Dans le paysage du Champ-de-Mars se dressent les vestiges des fortifications de Montréal datant du 18e siècle. Restaurés en 1992 à l’occasion du 350e anniversaire de la fondation de Montréal, ces murs arasés ont depuis souffert de l’absence de protection.

La stabilisation du double mur des fortifications de Montréal avait pour mission de restaurer, de reconstruire où nécessaire, de protéger un icône culturel de premier plan ainsi que de rétablir la signification du Champ-de-Mars comme un lieu urbain narratif, offrant une fenêtre sur le passé de la ville. Les décisions d’introduire un couronnement contemporain et une mise en lumière événementielle mettent en scène le rôle de l’histoire dans l’identité urbaine et dans l’imagination collective d’une société. Avec le rythme répétitif de son motif qui rappelle la fonction militaire des anciens murs, la séquence de dalles de pierre et de bandes de pelouse traduit l’arasement des fortifications au 19e siècle et leur passé enfoui. Le design introduit aussi de forts rythmes visuels qui transforment le doux paysage du Champ-de-Mars en une nouvelle expérience civique.


Jeune fille textant sur le mur (source: Peter Soland)

projet

S’étendant sur près de 200 mètres, les vestiges au Champ-de-Mars représentent un bastion complet de l’ouvrage militaire arasé (1717-1817). Les vestiges sont aujourd’hui la pièce maîtresse du Champ-de-Mars, un espace civique important de la Ville de Montréal maintes fois remodelé à travers l’histoire et qui a connu de multiples usages dont celui de champs de parade (d’où son nom), de marché public et de stationnement.

Quinze ans après leur exposition (1992), les vestiges montraient des signes de dégradation importants. Le projet de stabilisation et de mise en valeur vise à garantir la conservation des vestiges archéologiques pour les générations futures. La réduction de l’impact des pressions hydriques et des cycles de gel-dégel à l’intérieur des murs et le recouvrement de l’ouvrage par un couronnement protecteur sont au cœur de l’intervention.

Le soin apporté à la logique des interventions structurales et architecturales est calqué sur les critères internationaux et vise l’intelligibilité des vestiges dans l’espace et dans le temps : stabilisation stricte en premier lieu, reconstruction la plus authentique possible là où absolument nécessaire, marquage architectural des nouvelles pierres de taille introduites dans l’ouvrage historique, et, réversibilité de toute intervention contemporaine. La décision la plus radicale du projet, cependant, est de concevoir et d’introduire un couronnement protecteur.


Vue du mur nord complété (source: Peter Soland)

couronnement

Le design du couronnement, intervention contemporaine sans concession, est un «paysage» plutôt qu’une pièce architecturale. À l’aide d’une stricte logique répétitive, le couronnement se présente comme une alternance de bandes de calcaire et de gazon aux dimensions évoquant l’épaisseur des murs. Cette stratégie imbrique subtilement les vestiges et la plaine gazonnée, forçant la double lecture des vestiges comme un paysage narratif. Ancré aux pierres de moellons, des modules en acier inoxydable fixent le rythme du couronnement, retenant pierre, terre et pelouse, tout en intégrant le système de mise en lumière des vestiges.

Les différentes perspectives visuelles qu’offre la composition animent l’expérience des vestiges. Perçue dans l’alignement de chacun des murs, la perspective fuyante des pierres de couronnement et leur disparition progressive soulignent l’empreinte du paysage. La promenade rend dynamique cette mise en scène puisque les pierres plus lointaines réapparaissent au rythme du déplacement. La rencontre visuelle toujours changeante contribue à renouveler la perception du site et charge l’expérience du paysage d’une nouvelle dimension poétique.

   
Vue du mur nord complété (source: Peter Soland)                                    Vue du mur sud (source: Alexandre Tari)


Effet lumineux du mur sud (source: Alexandre Tari)

éclairage

L’utilisation de la lumière a été proposée dès le début de la conception du couronnement comme un outil essentiel de mise en valeur des vestiges le soir et souligner avec force l’envergure et la géométrie figurative des vestiges. L’effet offre pour la première fois une vision monumentale et événementielle des vestiges; le Champ-de-Mars est transformé, devenant une nouvelle destination nocturne à Montréal.

Outre tout le soin apporté à la stabilisation de l’ouvrage maçonné, l’assemblage unique des pièces du couronnement et la mise en œuvre in situ ont exigé une rigueur et une précision peu communes lors de la stabilisation et le remontage de murs de moellons. Le projet a exigé une équipe multidisciplinaire cohérente mariant un savoir-faire en stabilisation de maçonnerie ancienne et une sensibilité contemporaine aux paysages urbains. Le projet a surtout profité d’un donneur d’ouvrage sensible à la démarche réflexive et qui a cautionné un concept innovateur.


Vue nocturne (source: Alexandre Tari)

références

Peter Soland, architecte paysagiste
URBAN SOLAND : paysages urbains

Stabilisation et mise en valeur des vestiges archéologiques du Champ-de-Mars | Travaux été 2010 - été 2011
Document réalisé dans le cadre de l'Entente sur le développement culturel de Montréal