Réaménagement et mise en valeur du square Dorchester et de la place du Canada

 

RÉAMÉNAGEMENT ET MISE EN VALEUR DU SQUARE DORCHESTER
ET DE LA PLACE DU CANADA, MONTRÉAL

DESIGN - PLAN DIRECTEUR
MILIEU PUBLIC - URBAIN

Honneur régional, catégorie Planification et analyse
Concours d'Excellence de l'Association des architectes paysagistes du Canada (AAPC), 2012

 

Client et propriétaire Ville de Montréal (DGPV) et Gouvernement du Québec (MCCCF)
Localisation  Boulevard René-Levesque entre Peel et Metcalfe, centre-ville de Montréal
Professionnels   Claude Cormier + Associés: Claude Cormier, Sophie Beaudoin, Yanick Roberge et Léandre Bérubé
CHBA: Isabelle Giasson, Marie-Ève Parent, Vanessa Parent, Suzanne Rochon, Marie-Claude Séguin, Michèle Gauthier, Bernard Lewy-Bertaut et Brigitte Binet
Ville de Montréal (DGPV): Robert Desjardins et Luu Nguyen
Ville de Montréal: Julie Boivin, François Bélanger et Snejanka Popova 
MCCCF: Anne-Marie Balac
Autres consultants Teknika-HBA | Jonathan Cha, architecte paysagiste | Luc Nadeau, ingénieur forestier | Trevor Gillingwater | Tecsult | Éclairage public | Luce Lafontaine | Héritage Montréal
Année de conception 2008-2010
Coût de construction  budget: 45M $
Superficie 58 000 m2

 
Sources:  ARCHIVES NATIONALES DU QUÉBEC MONTRÉAL                      Collard, Edgar Andrew (1971), The story of Dominion Square Place du
                                                                                                                            Canada, Don Mills, Longman Canada Limited p. 47

histoire

Nommé square Dominion en honneur à la confédération de 1867, le square Dominion est le plus grand et le plus célèbre de Montréal. Renommés square Dorchester au nord en 1987 et place du Canada au sud en 1966, ces espaces encore prestigieux sont emblématiques de l'âge d'or de Montréal, lorsque la ville était seule métropole du Canada. Ils sont restés des lieux de commémoration, de rassemblements festifs, culturels et politiques. La présence en sous-sol de 10 000 sépultures de l'ancien cimetière Saint-Antoine, ainsi que neuf monuments commémoratifs implantés au fil des décennies, confirment les valeurs historique, patrimoniale et archéologique de ces sites.

analyse

Le square et la place ont subi de multiples altérations en raison de la reconfiguration de la voirie, de la tenue d’activités et d’une gestion inadéquate. Cela a mené à la suppression d’importants liens visuels, la réduction de la superficie de l’espace public, la perte importante du caractère verdoyant des parterres, l’incohérence des essences arborescentes, l’apparition de sentiers informels et la disparité du mobilier urbain. Avant l’intervention, le site présentait un état de détérioration avancé affectant son authenticité.

planification

Le projet poursuit les orientations de la Ville quant à son Plan d'urbanisme, son Plan de transport, sa Charte du piéton, sa Politique de l'arbre et son Plan de développement durable. Il s'inscrit aussi dans une volonté municipale de constitution d'un site du patrimoine inscrit dans au plan d'urbanisme et en vertu de la Loi sur les biens culturels. L'aménagement du domaine public au XXIe siècle marque d'avantage le retour au confort et à la sécurité des piétons et des cyclistes. L'attractivité, l'accessibilité et la capacité de s'y arrêter deviennent les éléments moteurs de la mise en valeur du site. En plus de la trentaine d'études complémentaires et un processus de consultations publiques, un comité aviseur composé de propriétaires riverains, ainsi des acteurs importants du milieu du tourisme, des affaires et du patrimoine a été mis sur pied afin de soutenir l'élaboration du plan de réaménagement et de mise en valeur

plan de réaménagement

Le projet ramène la figure victorienne par la consolidation, la réinterprétation et la création nouvelle de l'encadrement des allées, du tracé des parterres de pelouses et des alignements d'arbres qui regagnent leurs qualités spatiales et esthétiques. La stratégie d'intervention améliore l'état du site, s'assure de l'intégrité du patrimoine archéologique, de la pérennité des ressources végétales et du rehaussement de la qualité spatiale et de l'expérience paysagère. La végétalisation des voies de circulation adjacentes, l'ancrage aux édifices limitrophes, l'augmentation de la surface du square et de la place et la reconfiguration et le marquage des entrées, notamment par l'ajout de plans d'eau et de fontaines, accroissent le confort des usagers et ravivent la splendeur du square Dominion.

design

 

Les parterres


Les modelés de sol sont un trait caractéristique de l’art des jardins de la fin du XIXe siècle. L’encaissement des allées permet de les faire disparaître du regard et ainsi optimiser l’appréciation globale du jardin. Les parterres plantés de gazon sont traités en monticules. Cette technique utilisée dans le cadre du projet de réaménagement et de mise en valeur protège le patrimoine archéologique, assure la pérennité des pelouses en limitant leur exposition au piétinement et optimise l’expérience végétale et visuelle. La subtile surélévation des parterres, atteignant trois pieds au point central, augmente l’effet d’encadrement en faisant disparaître les sols en arrière-plan.

 

Les arbres 


Dans la composition d’ensemble du square et de place, les plantations d’alignement encadrent systématiquement les allées et les parterres. Le projet préconise donc le retour au système de plantation d’arbres original en pourtour des parterres et le long des allées de même que le rétablissement de l’allée de ceinture ouest de la place du Canada. La réduction de l’opacité des feuillages permet l’entrée abondante de lumière filtrée.

 

Les bassins-fontaines


Ces éléments paysagers structurants signeront la personnalité renouvelée du square Dorchester et de la place du Canada agrandie en offrant deux expériences et caractères distincts. L’eau a un potentiel d’attractivité et contribue à répondre à l’intention de créer deux pôles d’attraction, l’un au nord et l’autre au sud de l’espace public. Les bassins-fontaines redynamisent le site et desservent adéquatement les nouvelles clientèles au sud de la place du Canada.

        

 

 

 

commémoration de l’ancien cimetière Saint-Antoine


Afin de rappeler l’ancien cimetière et souligner la présence en sous-sol de sépultures, un dispositif recourant à la représentation graphique des cimetières catholiques est répandu sur les surfaces pavées du square et de la place. Cette représentation graphique, soit une croix latine et un empattement comme point d’ancrage au terrain, est convention cartographique connue universellement.

 

Les plantations

 

Les corbeilles de fleurs - À l’époque victorienne, de nombreuses corbeilles de fleurs agrémentaient les parterres du square et de la place. La corbeille de jardin est un petit massif de fleurs prenant une forme ovale dont la composition se caractérise par une succession d’anneaux concentriques de végétaux de hauteur croissante vers le centre. Les trois corbeilles ornant le square et la place raviveront le faste végétal de l’ère victorienne du square Dominion. Situées dans les parties médianes du square et de la place selon la logique historique, elles seront composées de pélargoniums (géranium), fleurs emblématiques de Montréal. Les corbeilles présenteront des couleurs vives en privilégiant le rouge et rose.

 

Les pelouses


La remise en état des modelés de sol des parterres en forme de monticules donnera du relief au square et à la place, s’assurera la croissance et la résistance des pelouses et conférera une nouvelle esthétique et convivialité à l’ensemble. La surélévation des parterres limitera le piétinement des pelouses et modifiera le profil du site. Des pelouses vertes avenantes rehaussent grandement l’esthétisme du square et de la place; d’une part par le jeu de lumière que génère l’ombre projeté de la futaie des arbres, et d’autre part par la couleur verte des pelouses créant un contraste saisissant avec les pavages de couleur sombre.

 

Le mobilier urbain


Le principal objet de mobilier urbain du square et de la place est le banc. Distribué en très grand nombre, le mobilier standard en bois de type « parc Lafontaine » est groupé par deux. De plus, de longs bancs continus circulaires sont implantés dans les contours de la fontaine, du bassin et du monument aux héros de la Guerre des Boers.