Lowney - des toitures aménagées, une opportunité urbaine optimisée

 

LOWNEY  -
DES TOITURES AMÉNAGÉES, UNE OPPORTUNITÉ URBAINE OPTIMISÉE

DESIGN / RÉALISATION
HABITATION - MILIEU RÉSIDENTIEL URBAIN

Mérite régional
Concours d'Excellence de l'Association des architectes paysagistes du Canada (AAPC), 2010

Client  Prével
Localisation  400 Rue De l'Inspecteur, Montreal, QC, H3C 4A8
Architectes paysagistes  

Groupe Cardinal Hardy
design/conception :
Bao-Chau Nguyen
équipe : Suzanne Rochon, Vanessa Parent, Sébastien Breton

Architectes Groupe Cardinal Hardy
équipe:
Michel Hardy, Philippe Legris, Ariane Brault, Patrick Lévesque
Conseillers professionnels

génie structure: Génivar
génie mécanique: LBHA

Entrepreneur

entrepreneur : Développement Lowney Inc., Serge Fortin, directeur construction
sous-contractant : Univert, Gilles Perrault Aménagements paysagers

Année de conception 2005-2006
Année de réalisation 2007-2008
Phasage des travaux  phase 1 à 4
Coût de réalisation et construction  400 000 $
Superficie 2100 m2 au rez-de-chaussée et 560 m2 sur le toit
Principaux matériaux  muret en béton coulé en place, platelage de bois, galet de rivière, écran séparateur en acier galvanisé et bois, pavés de béton préfabriqués, gazon en plaques, fibre de verre (cerise), éclairage encastré LED

      

sommaire

Le jardin Lowney est conçu autour de l’emblème de la Cherry Blossom avec une sculpture en forme de cerise rappelant le passé industriel de ce secteur en pleine revitalisation urbaine, tandis que le chalet urbain offre des espaces communs de détente de type Lounge. Réalisé par Groupe Cardinal Hardy pour Prével.

historique

Le projet des « Lofts Lowney » tient son nom du riche passé industriel de deux édifices en briques rouges qui ont été recyclés et réaménagés pour y développer un projet audacieux d’habitation. Construits en 1905 pour combler un manque d’espace à la manufacture de Walter M. Lowney, les édifices ont servi à la fabrication de barres de chocolat pré-emballées, dont la célèbre «Cherry Blossom ». En 2003, le promoteur Prével acquiert les deux bâtiments et contribue ainsi à la revitalisation urbaine de ce quartier qui ne connaît aucun projet résidentiel.

Deux constructions neuves s’ajoutent aux bâtiments recyclés et constituent un projet en quatre phases. Ensemble, les bâtiments définissent une enceinte aménagée en toit terrasse sur un stationnement souterrain. Le budget restreint de 170$/m2 alloué aux aménagements du toit terrasse a requis de la part de l’architecte paysagiste et des architectes un suivi serré et une imagination hors du commun l’invitant à devoir créer une œuvre d’art. La superficie de 2 100 m2 comprend une série de cours privées et un jardin commun.

thème

L’ensemble paysager est conçu autour de l’emblème de la Cherry Blossom en rappel d’un passé industriel significatif à l’échelle nationale. Une sculpture en forme de cerise, conçue par l’architecte paysagiste, comporte une finition lustrée qui réfléchit les façades des bâtiments, captive les regards et établit un dialogue avec l’architecture.  Élément vedette fabriquée en fibre de verre, la sculpture flotte sur le platelage de bois, inspirant une mise en scène ludique, le jour comme la nuit.

défis

Les conditions pauvres associées à des plantations sur dalle ont inspiré le rehaussement du niveau du sol fini en bac de plantation et l’aménagement des espaces privés le long des façades où des bandes d’arbustes feuillus, de galets de rivière et de gazon offrent des couleurs et des textures différenciées.  Les terrasses privées, dont la forme ronde rappelle la forme de la cerise, sont superposées aux motifs en bandes. Un muret circulaire suivant la courbe d’un sentier, délimite le bac de plantation au centre et tient lieu de banc de parc pour les résidants qui cherchent à établir des liens de voisinage.

création d’un milieu de vie

La superficie des espaces verts créés pour le projet représente environ 40% de l’empreinte au sol, contribuant ainsi grandement à la réduction des effets d’ilots de chaleur. Dans ce jardin mi-ombragé, les plantations ont été choisies pour leur rusticité et pour la coloration de leur feuillage, dont les accents clairs viennent contribuer à l’effet lumineux des aménagements. Des massifs de graminées brossent un tapis doux et mouvant qui rehausse le mouvement circulaire de la figure centrale et compose en contraste avec l’austérité des murs de brique.

Un « chalet urbain » est aménagé sur les toits afin d’offrir aux résidents un espace commun de détente de type Lounge. Les aménagements de ses terrasses et piscines extérieures offrent l’occasion de se rapprocher et de vivre une expérience communautaire. Cette conscientisation sociale marque une nouvelle façon d’aménager l’habitation urbaine, favorisant des vues imprenables sur la ville pour tous les résidents !

références

crédit photo

Cardinal Hardy

Marc Cramer, Bao-Chau Nguyen et Prével