RENDRE ACCESSIBLE ET PRÉSERVER… CONCILIATION POSSIBLE ? - L’exemple du nouveau parc national du Lac-Témiscouata au Bas-Saint-Laurent. Par Marjolaine Lascelles

Catégorie: 
TOURISME

Article tiré à part de PAYSAGES – la revue annuelle de l’Association des architectes paysagistes du Québec, édition 2014, sous le thème Paysages et tourisme : signature et mémoire du lieu.
L’ouverture du parc national du Lac-Témiscouata en juin 2013 aura nécessité plusieurs années de préparation. Prévu pour accueillir à moyen terme près de 100 000 visiteurs annuellement, ce nouveau parc national, au cœur d’une région touristique en développement, a mobilisé une importante équipe de professionnels, dont des architectes paysagistes. Les parcs nationaux du Québec ont la délicate mission d’assurer la conservation et la protection de territoires tout en les rendant accessibles au public. L’aménagement de ces territoires est un défi de taille. Dans ce contexte, la planification, la sensibilisation et la concertation sont les principaux chevaux de bataille de l’architecte paysagiste. Chaque région est différente, chaque parc a ses particularités. Il faut savoir révéler l’essence du territoire dans un geste sensible et organisé. 
Marjolaine Lascelles est architecte paysagiste à la Direction des immobilisations et des ressources matérielles de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).